Association Touraine -Canada

 

Des bords de Loire aux rives du Saint-Laurent

Text Size

Christine Authier, sa guitare, son sourire et son humour

Christine Authier, sa guitare, son sourire et son humour sont passés, un jour, dans ma cuisine. Je travaillais sur Marie Guyard de l’Incarnation, Madeleine de La Peltrie (sa suivante Charlotte), Jeanne Mance (co-fondatrice de Montréal) et les pionniers de la Nouvelle-France. Plus particulièrement sur ceux de Touraine. Elle me faisait parler. Ca l’intéressait. J’en rajoutais. Elle prenait quelques notes (par écrit… ).

 Après un temps de silence (elle était partie au pays de l’inspiration musicale), voici qu’elle revient avec des chansons aux belles mélodies qui évoquent, à l’occasion, Félix Leclerc ou Gilles Vigneault :

 Dans Les Pionnières, la voici sentimentale

-          « O Jeanne, O Marie, Charlotte et Madeleine

-          Vous en rêviez la nuit, de ces terres lointaines

-          Pour vaincre la misère, éduquer les enfants

-          Vos noms sont réunis en terre canadienne »

 Christine, se moquant indûment de la chronologie, fait valser les époques et les Filles du Roy ! On « voit » les castors et les loutres danser avec Louis XIV et Molière. Marie-Antoinette commande des petits fours. Les Mousquetaires se battent en duel. La vérité historique peut se tordre de rire en l’écoutant. Roulent sous les pas de notre délicieuse chanteuse Les cailloux du Saint-Laurent, titre d’une de ses chansons et de son album en l’honneur des pionnières de la Nouvelle-France. On a trop souvent oublié ces femmes courageuses et leur détermination. Pourtant, ce sont les mères de l’Amérique francophone d’aujourd’hui, qu’elles soient laïques ou religieuses. Ou les deux, successivement, comme Marie Guyard-de l’Incarnation. Si humble, après mille réalisations dans la vallée du Saint-Laurent, elle a suscité, à Tours en France, trois siècles plus tard, la création de l’association Touraine-Canada pour restaurer et animer son lieu de mémoire, sans oublier de la faire connaître sous ses deux principales facettes : femme d’entreprise innovante et mystique surprenante capable d’exprimer ses expériences intérieures abyssales et d’enthousiasmer les gens à quatre siècles de distance.

Fine mouche, Christine aborde le drame de la vie avec humour, mais sans cynisme.

Elle sait allier la berceuse et le rythme qui réveille.

Merci, Christine, d’être notre amie.