Association Touraine -Canada

 

Des bords de Loire aux rives du Saint-Laurent

Text Size

Survol de l’histoire de la Chapelle Saint-Michel de Tours (1625 – 2011)

Vers 1625 – Construction de la Chapelle Saint-Michel qui devait être provisoire

Marie de l’Incarnation (Tours,1599 – Québec, 1672)

1631 – Entrée de Marie Guyard chez les Ursulines de Tours. Elle y devient Marie de l’Incarnation
1639 – Départ pour Québec en Canada
1655 – La chapelle n’est plus vouée au culte

II - Longue éclipse de trois siècles (1655 – 1930)

1655 – 1791 – salle de classe des ursulines
Vers 1793 – vendue comme bien national
1806-1832 – la chapelle, rescapée du pic des démolisseurs, serait revenue au culte
1832-1848 – chapelle provisoire pour le séminaire
1848-1962 – lieu profane : réfectoire, remise, douches, etc. pour les jeunes filles de l’établissement scolaire voisin.

III - L’aube du réveil (1930 – 1945)

Le Devoir de Montréal (17/11/1938) :   « hommage à l’une des Françaises qui ont le plus honoré la France [et resserré les liens] qui unissent le Canada et la France. »
1941 – 15 décembre. Les façades de la Chapelle Saint-Michel sont inscrites à l’inventaire des Monuments historiques.
1939 -1945 –  Seconde guerre mondiale. Tours est dévastée. La Chapelle Saint-Michel est épargnée.

IV – Ėmergence franco-canadienne de l’idée de restauration 1945-1961

1 - Vers 1946 – Conception tourangelle de l’idée de la restauration de la Chapelle Saint-Michel entre Jean Meunier, maire de Tours, Pierre Archambault, directeur de la Nouvelle-République, Jacques-Marie Rougé, historien-bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Tours. Idée de la transformer en Mémorial franco-canadien.
1948 – Démolition de l’ermitage Saint-Joseph en ruines.


2 - 1950 – gestation franco-canadienne dramatique

Déclaration de Marcel Tribut, maire de Tours (depuis 1947) : « […] dans cet esprit fait du respect de toutes les traditions spirituelles qui formèrent le passé […] ce collège – officiel et laïque – garde avec fidélité le souvenir d’une grande Française […]  L’hommage que nous rendons ensemble […] marque une plus grande amitié entre […] le Canada et la Touraine. »  Mais des Canadiens en visite mourront dans un accident d’avion.

3 - 1951 – Prise de conscience de l’importance patrimoniale de Marie de l’Incarnation et de la Chapelle Saint-Michel
Juillet 1951 – distribution des prix au collège nommé plus tard Lycée Choiseul, nouvelle déclaration de Marcel Tribut, maire de Tours : «Pour les Canadiens la Chapelle Saint-Michel est un lieu sacré […] en l’honneur de cette femme d’affaires, ambassadeur de France, et une des plus grandes mystiques de son temps. »
4 - 1951 – 1961 – Dix ans de démarches préliminaires entre Joseph-Louis Beaumier, de Trois-Rivières et le maire de Tours (Jean Royer à partir de 1959)

V - Eté 1961 : naissance d’une structure de mobilisation de ressources entre Touraine et Canada : l’association Touraine-Canada

1 – Les acteurs

1er juillet 1961 : réunion fondatrice aux bureaux de La Nouvelle République :
–Pierre Archambault, directeur de la Nouvelle République, Jacques Sadoux, recteur de la Basilique Saint-Martin, un représentant de Jean Royer, maire de Tours depuis 1959, docteur Pierre Babeau, des Laboratoires Métadier, Pierre Lepage, député d’Indre-et-Loire, Pierre Leveel, professeur d’Histoire au Lycée Descartes, et seul survivant en 2011, Joseph-Louis Beaumier, supérieur du grand séminaire de Trois-Rivières.  S’ajouteront : André Lalange, curé de l’église  Saint-Pierre-Ville, Madeleine Perret, professeur à l’établissement voisin de la Chapelle Saint-Michel, Boris Lossky, conservateur du Musée des Beaux-Arts, René Garneau, conseiller aux affaires culturelles de l’Ambassade du Canada à Paris, Charles Lussier, premier  Délégué général du Québec à Paris

2 – Les objectifs de l’association Touraine-Canada (amis de Marie de l’Incarnation)

  • Perpétuer le souvenir de Mère Marie de l’Incarnation
  • Rénover la Chapelle Saint-Michel, en assurer l’entretien et la conservation
  • Favoriser le développement des échanges culturels, religieux, économiques et touristiques entre le Canada d’expression française et la France.

3 - Convention entre la Mairie de Tours  et l’Association Touraine-Canada (12 février 1962)

Article 1er : La Ville de Tours concède à l’Association « Les Amis de Marie de l’Incarnation - Touraine-Canada » la jouissance du bâtiment sis à l’angle Nord-Est dépendant du Lycée Nationalisé de Jeunes Filles, angle des rues des Ursulines et du Petit Pré, autrefois à usage de Chapelle, dite Saint-Michel, tel qu’il est défini au plan annexé.
Article 3 : La présente concession est faite moyennant une redevance de 1NF par an. Elle aura une durée de 99 ans.

VI – Les grands travaux

  • 10 juillet 1962 -  destruction du mur qui bouchait l’entrée de la Chapelle Saint-Michel.
  • Automne 1962 - Le mur nord est étayé
  • 1962-1963 - A l’intérieur, le vieux plafond est abattu, les murs sont décapés, les portes sur cour sont obturées, le pavé est abaissé de 2 m, l’ancien dallage de 1625 apparaît.
  • Réfection du toît.

VII – 1964 : l’année de l’inauguration

  • Avril 1964. La voûte a été refaite. Les murs ont été recouverts d’un crépis de ciment. Retable et toile du XVIIe siècle
  • 1964 - Au-dessus de l’entrée, sculpture sur bois de l’artiste canadien Jean-Julien Bourgault-Legros de Saint-Jean-Port-Joli.
  • 17 avril 1964, Congrès national de France-Canada à Tours. « La Chapelle Saint-Michel revit après trois siècles de léthargie ! » Personnalités présentes : MM  Jean Royer, député-maire, le général Alain, M. Lepage, René Thomas (Inspecteur général), M. le Ministre Habib Deloncle, Mgr Roy (Québec), M. R. Laurent (Ambassade du Canada en France), M. Ch. Lussier (Délégué du Québec), M. Marconnet (architecte), M. Michel,  Mgr Ferrand, archevêque de Tours, Chanoine Sadoux.

VIII – 1964-2011 Animation du lieu de mémoire franco-canadien par Touraine-Canada  

1965 – Première restauration, sous la direction de Boris Lossky, conservateur du Musée des Beaux-Arts, de deux tableaux offerts à Touraine-Canada : Vision de sainte Angèle Merici et Adoration du Sacré Cœur par Marie de l’Incarnation. Touraine-Canada reçoit également deux autres tableaux : La prédication de saint Martin  et Le couronnement de la Vierge.
1965 – Mise en place de la grille du chœur (don  Ursulines de Montauban) par Jean  Marconnet, architecte de la restauration

1974 – 1981

  • 31 janvier 1976- visite de Son Excellence Gérard Pelletier, ambassadeur du Canada et de son épouse
  • 22 juin 1980 – Béatification à Rome de Marie de l’Incarnation. Sept évêques et 250 pèlerins à la Chapelle St-Michel.
  • 14 mars 1981 – Arrivée des Ursulines (de l’Union Romaine) à Tours, absentes depuis leur départ en 1791. Désormais deux associations se partagent la responsabilité du rayonnement de Marie Guyard de l’Incarnation à Tours.
  • 1985 – Reconstruction à l’identique de l’ermitage Saint-Joseph (vitraux de Van Guy) Inauguration, 6 novembre 1985

Colloques et congrès de mai impliquant des animations à la Chapelle Saint-Michel

  • 1989 - Premier colloque à Tours sur Marie de l’Incarnation, organisé par les sœurs ursulines de l’Union Romaine
  • 1998 - Congrès de France-Canada à Tours sur le thème « Parcs et jardins de France et du Canada » Son Excellence Jacques Roy, ambassadeur du Canada en France honore l’association et la Ville de sa présence.
  • 1999 – Colloque universitaire international sur Marie Guyart à l’Université François Rabelais, organisé par une association fédérative ad hoc, le GUIART, Actes publiés sous le titre Marie Guyard de l’Incarnation. Un destin transocéanique.Paris, l’Harmattan, 2000.
  • 2008 –Colloque sur les Pionniers de Touraine en Nouvelle-France organisé par Touraine-Canada avec l’aide de la Ville.

IX – 2011 : cinquantenaire et fin de la seconde restauration

  • 2006 – Début de la saga de la seconde restauration. Une nouvelle équipe est alertée par les directions du Patrimoine (Conseil général et Ville) au sujet du mauvais état des tableaux, rongés de moisissures.

Une mobilisation de ressources est opérée sur plusieurs plans : expertises et devis, recherche de fonds, demandes de subventions. Grâce à un don généreux des Ursulines de l’Union canadienne, la DRAC et le Conseil général permettent de restaurer les quatre tableaux dans les règles de l’art. Une souscription via la Fondation du Patrimoine participe aux travaux de mise aux normes de la Chapelle pour pouvoir accueillir les tableaux restaurés. Cela aura demandé cinq ans.

  • 17 décembre 2011 – Pour le cinquantenaire de Touraine-Canada, inauguration de la remise en place des tableaux sous le haut patronage et en présence de son Excellence Marc Lortie, Ambassadeur du Canada en France. Sont également présents : Monsieur Yvan Bédard, Premier conseiller « Presse et affaires publiques » à la Délégation générale du Québec ) Paris, représentant Monsieur Michel Robitaille, Délégué général du Québec à Paris, Monsieur Jean Germain, Maire de Tours, sénateur d’Indre-et-Loire, Monsieur Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire, Monsieur Patrick Bourdy, vice-président du Conseil général d’Indre-et-Loire pour la culture, les monuments et la vie associative, représentant Madame Marisol Touraine, présidente du Conseil Général d’Indre-et-Loire, Madame Michelle Vallière, conservateur déléguée des antiquités et objets d'art d'Indre-et-Loire, représentant Monsieur Jean-Claude Van Dam, Directeur Régional des Affaires Culturelles et Monsieur Gilles Blieck, conservateur des monuments historiques, Monsieur Alain Devineau, adjoint au Maire de Tours pour la Culture, Monsieur Faddoul Khallouf, artiste-restaurateur de tableaux, madame Karine Hautefort, restauratrice de tableaux, madame Lydie Leblanc, doreuse sur bois, ainsi que de nombreuses personnalités locales et nationales, dont madame Georgette de La Rochefoucauld, vice-présidente déléguée de l’association nationale France-Canada, monsieur Daniel Godefroy, président de Touraine-Québec, Sœur Colette Lignon, prieure des sœurs ursulines de Tours et plusieurs autres personnalités locales, nationales. et internatioales.