Association Touraine -Canada

 

Des bords de Loire aux rives du Saint-Laurent

Text Size

pat smart

 Les filles de Marie de l’Incarnation

Analyse des écrits personnels de femmes

au Québec de 1654 à 1965

 

Résumé de la conférence de Patricia Smart[1]

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucune véritable autobiographie de femme n’a été écrite ou publiée au Québec entre la relation spirituelle rédigée, en 1654, par la grande mystique Marie de l’Incarnation, fondatrice des ursulines à Québec, et les mémoires d’enfance de Claire Martin, parus en 1965. Dans ces derniers, par une coïncidence étrange, mais prégnante, il est longuement question de ce même couvent des ursulines, que l’auteure, qui y fut pensionnaire dans les années 1920, dépeint comme un lieu de cruauté et d’étroitesse d’esprit, voué à l’écrasement de toute trace d’individualité chez les élèves. Entre ces deux œuvres phares, dont chacune offre un commentaire percutant sur l’état de la culture de son époque, que s’était-il passé pour que la passion spirituelle qui a animé les fondatrices de la Nouvelle-France se soit tellement rétrécie et amoindrie ? Peut-on généraliser à partir du témoignage de Claire Martin pour arriver à quelques conclusions sur l’enseignement religieux à son époque?

Dans sa communication, Patricia Smart tente de vérifier l’authenticité du témoignage de Claire Martin en le confrontant aux expériences spirituelles des jeunes filles et des femmes du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, telles que rapportées dans leurs journaux intimes. Grâce à l’instruction qu’elles ont reçue dans les couvents, toutes ces jeunes filles et ces femmes sont, en un sens très réel, des « filles de Marie de l’Incarnation ». De façons qui diffèrent selon leur tempérament, leurs circonstances



[1] Patricia Smart est professeur émérite à l'Université Carleton d'Ottawa et auteur de plusieurs ouvrages sur la culture et la littérature québécoise. Elle a poursuivi ses études universitaires à la fois en Ontario et au Québec. Son livre Écrire dans la maison du père. l’émergence du féminin dans la tradition littéraire du Québec(1989) est la première étude féministe en littérature québécoise, gagnant du prix du Gouverneur général pour un ouvrage de non-fiction en français. Son étude Les Femmes du Refus global (1998) a été finaliste pour le même prix. Patricia Smart est membre de la Société Royale du Canada et de l'Ordre du Canada. Elle travaille actuellement sur les écrits autobiographiques de femmes, dont la première en Canada : Marie de l'Incarnation. . < http://www2.carleton.ca/french/ >

Patricia Smart, indisposée, n'a pas pu rédiger son texte, dont une version modifiée sera publiée dans les Cahiers de l"IREF (Institut de Recherches et d'études féministes) en 2014.